Intervention de Jean-Pier Delaume avec François Hollande

Jean-Pier

La délégation de la Manif pour tous sur le perron de l’Elysée. De gauche à droite : Frigide Barjot (Collectif pour l’humanité durable), Jean-Pier Delaume (Homovox), Laurence Tcheng (La Gauche pour le mariage républicain)

Intervention de Jean-Pier Delaume-Myard à l’occasion de la rencontre avec Monsieur le Président de la République le 25 janvier 2013.

Monsieur le Président de la République, je représente le Collectif Homovox qui fait entendre la voix des homosexuels qui sont opposés au mariage pour personnes de même sexe.

En leurs noms, je vous remercie de me recevoir car nous avons eu, jusqu’ici, l’impression que l’on nous volait notre voix. Beaucoup d’entre eux, comme moi d’ailleurs, ont voté pour vous, non pour cette loi, mais pour plus de fraternité sociale.

J’ai toujours fait le choix de vivre en couple et pourtant je suis contre le mariage de personnes de même sexe, non pas pour des raisons d’union entre deux personnes qui s’aiment, je suis pacsé, mais pour la question fondamentale de l’enfant et de son droit à avoir un père et une mère comme tous les autres enfants.

Le projet de loi ouvrant le mariage pour personnes de même sexe est en réalité l’arbre qui cache la forêt de la PMA et de la GPA.

En matière d’adoption, les couples hétérosexuels ont déjà bien du mal à pouvoir adopter un enfant. Il existe très peu de pupilles de la Nation qui soient adoptables. Ces couples doivent alors se tourner – la plupart du temps – vers des pays d’Afrique, d’Amérique Latine ou d’Asie. Il est peut-être utile de rappeler que, dans ces pays, existent des conventions qui rejettent toute adoption par des parents de même sexe.

De quel droit peut-on empêcher un enfant adopté d’avoir un père et une mère ?

L’adoption ne doit pas être un médicament pour des personnes de même sexe en mal d’enfants.

En ce qui concerne la PMA, que se passera-t-il pour les couples de lesbiennes qui ne peuvent disposer d’ovule féconde. La femme qui a fait le don de son ovule l’a-t-elle fait pour aider à procréer dans un couple de même sexe ? Lui posera-t-on la question par déontologie ? Est-ce dans sa philosophie ? Même question d’ailleurs pour le donneur de sperme.

Sylvianne Agacinski, philosophe indique : « Si les couples d’hommes demandaient également l’accès à la PMA, le recours aux mères porteuses s’imposerait. Or cette pratique est inacceptable, d’autant que ces mères de substitution sont toujours rémunérées ou dédommagées et que notre droit exclut la marchandisation des organes du corps humain ».

Enfin pour la GPA, si elle était également admise, cela créerait une importante discrimination d’ordre social. Je connais très peu de femmes du XVIème arrondissement qui porterait un enfant pour une autre. Les couples de personnes de même sexe souhaitant avoir  un enfant se dirigeront donc, tout naturellement, vers une femme en difficulté financière pour lui louer pendant neuf mois son utérus.

La PMA comme la GPA posent, en réalité, de nombreux problèmes d’éthique. Ces questions relèvent des seules lois sur la bioéthique et c’est uniquement dans ce cadre qu’elles doivent être traitées et précédées d’un débat de grande envergure.

Avant de parler de la Liberté, de l’Égalité ou non de pouvoir se marier entre personnes de même sexe, peut-on penser une minute à la liberté, à l’égalité de l’enfant dans cette nouvelle société qu’on lui prépare. Il a peut-être envie d’avoir un père et une mère comme ses copains d’école qui ont des parents unis (par les liens du mariage ou du Pacs), séparés ou divorcés, qui vivent dans des familles recomposées, mais qui ont un père et une mère ! Et réserve-t-on à ces enfants le même sort que les enfants nés sous X ou adoptés et qui, toute leur vie, partent à la recherche de leurs racines ?

Il est plus urgent, en tant que citoyen à part entière, d’avoir les mêmes droits en matière de santé, de retraite, d’avantages sociaux, de logement… Pour cela,  je ne pense pas que j’ai besoin de revêtir une robe blanche. Il existe d’ailleurs des textes, des conventions collectives d’entreprises. Allons plus loin, là d’accord ! Et commençons déjà par améliorer le PACS.

 

Monsieur le Président de la République,

merci de bien vouloir retirer cette loi pour l’égalité de l’enfant à avoir un père et une mère

et non en raison de l’égalité à ce que deux personnes qui s’aiment puissent s’unir.

 

Copyrights © Homovox 2013

La vidéo de Jean-Pier, sur Homovox :

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *