Lettre ouverte d’un jeune homosexuel aux Français

manif3

 

A toi qui te découvres des tendances homosexuelles,

Je veux te dire mon affection et combien je comprends ta souffrance.

Je veux te dire que ta vie a de la valeur, bien plus que tu ne l’imagines.

Je veux te dire que tu es beau, bien plus beau que tu ne le croies.

A toi qui es victime d’humiliations,

A toi qui as été mis à la porte de chez toi par tes parents,

Je veux te dire combien je comprends ta douleur et ta révolte.

Je veux te demander de ne pas désespérer et d’aller chercher de l’aide.

Je sais que tu trouveras des adultes responsables qui sauront te soutenir.

Je sais qu’avec le temps tes parents reviendront vers toi pour te demander pardon.

A toi qui qui vis avec une personne de même sexe,

A toi qui éduques des enfants,

Je sais la sincérité de l’affection que tu lui portes.

A toi qui as été élevé par ta mère et sa compagne ou ton père et son compagnon,

Et qui as trouvé ton équilibre,

Je veux te dire que je suis heureux pour toi.

A toi qui as été blessé par la manifestation « anti-mariage-pour-tous » du 13 janvier,

Toi qui vis douloureusement les débats autour du « mariage pour tous »,

Toi qui vis les propos excessifs de certains comme une agression,

Je veux te dire que je partage ta douleur.

Moi aussi, j’ai traversé les mêmes questionnements et souffrances,

Moi aussi, je suis blessé, à certains égards, par des paroles excessives ou caricaturales.

En fait, beaucoup de Français ne savent pas ce qu’est l’homosexualité.

Beaucoup n’en comprennent pas les causes, complexes et diverses.

Beaucoup jugent vite et durement, sans connaître.

Beaucoup ne voient pas que, derrière ces réalités, il y a des êtres humains, comme eux, avec un cœur et une intelligence, assoiffés d’amour et de vérité.

Mais, je sais que c’est par ignorance et par peur de l’inconnu qu’ils réagissent ainsi.

Ne t’es-tu jamais senti désarmé devant une situation que tu ne maîtrisais pas ?

Je sais combien la manifestation du 13 janvier a été soigneusement et longuement préparée.

Je comprends les inquiétudes des opposants au projet de « mariage pour tous » qui sont venus manifester.

Je sais que l’on ne peut pas les qualifier d’homophobes.

Il y a sans doute eu, parmi elles, des personnes qui ont tenu des propos excessifs, déplacés ou maladroits.

Comme il est difficile de changer son regard et son cœur,

Comme les préjugés ont parfois la vie dure.

N’avons-nous pas, nous aussi, des préjugés sur les autres ?

N’est-ce pas un défaut humain que nous devons éduquer tous les jours ?

N’est-ce pas l’affaire de toute une vie ?

Je veux à présent apporter mon opinion sur le projet de « mariage pour tous ».

Avant toute chose, je veux te demander d’avance de me pardonner si cela réveille en toi des blessures.

C’est un sujet délicat qui touche au plus profond de chacun.

C’est pourquoi, je crois qu’il est bon de prendre du recul par rapport à sa propre histoire, pour discerner, en faisant appel à la raison, si ce projet de loi répond aux questions de fond.

Dans son audition parlementaire du 13/12/2012, le Défenseur des droits a évoqué un certain nombre de droits que l’on peut apporter pour régler des inégalités (succession, fiscalité) ou des discriminations en raison de l’orientation sexuelle (droit au logement).

Il faut aussi trouver un cadre juridique pour protéger les enfants qui sont actuellement éduqués par des couples de même sexe, même si la plupart d’entre eux ont déjà un père et une mère, afin que le compagnon du père ou la compagne de la mère, puissent avoir autorité administrative sur eux.

Je comprends le désir d’adultes homosexuels d’officialiser aux yeux de la société leur union, de permettre de léguer, en cas de décès, leur patrimoine à leur compagnon.

Cependant, je crois que l’on ne peut pas raisonnablement modifier le code civil, transformer l’institution du mariage, qui est l’union d’un homme et d’une femme.

L’humanité a été créée avec des hommes et des femmes.

Un enfant naît, sauf exception – un viol par exemple – de l’amour entre un homme et une femme.

Tout être humain est digne et mérite le respect, quelle que soit son orientation sexuelle, sa couleur de peau ou ses croyances.

Nous devons accompagner et soutenir les jeunes qui se posent des questions sur leur sexualité et qui souffrent de la découverte d’une tendance homosexuelle.

Nous devons lutter contre les discriminations à l’égard des personnes homosexuelles en raison de leur orientation sexuelle et réaffirmer que toute vie humaine a de la valeur et doit être respectée.

Nous devons respecter l’affection que se portent deux personnes de même sexe qui est aussi noble et sincère qu’entre un homme et une femme.

Mais nous ne pouvons pas créer un nouveau « modèle social » reposant sur une orientation sexuelle qui n’est pas une identité mais relève de l’intime.

Même si cela ravive des blessures que je comprends, car je les ai aussi vécues, l’homosexualité n’est pas équivalente à l’hétérosexualité.

Toi qui es homosexuel et qui veux adopter un enfant ou avoir un enfant par PMA ou GPA,

Je sais ton désir sincère de donner et transmettre la vie,

Je comprends ta souffrance de ne pas avoir d’enfant,

Cependant, l’union homosexuelle ne permet pas la conception d’un enfant.

Un enfant naît de la rencontre charnelle entre un homme et une femme.

Un garçon a besoin de s’identifier à son père et une fille à sa mère pour se construire.

Il est important de discerner ce qui est bon pour le bien-être des enfants.

Il est bon et nécessaire que la loi rappelle la réalité et ses limites.

Tout désir, aussi sincère soit-il, ne peut être satisfait.

Nombreux sont ceux que les aléas de la vie ont contraint à revoir leurs projets.

Nous vivons dans une société qui nie la mort et la maladie,

Dans une société qui nie la fragilité de l’existence humaine.

Nier la réalité de l’existence humaine, nier ses limites et ses souffrances, n’aide aucun à les accepter ou les traverser.

Si nous les reconnaissions, alors nous vivrions plus sereinement.

Nous sortirions les mains de nos poches et nous entraiderions.

Et la vie serait alors moins difficile, plus légère à porter.

La loi doit rappeler les règles de la vie en société pour faciliter les rapports sociaux.

Elle doit protéger chacun, et d’abord le plus faible, en préservant le bien commun,

c’est-à-dire en veillant à l’intérêt du plus grand nombre.

Elle doit protéger l’homme de ses dérives par rapport à lui-même et aux autres.

Elle doit le protéger de son désir de toute-puissance.

On peut être fécond si l’on donne de son amour et du temps aux autres.

On peut être heureux si l’on vit, non pas enfermé sur soi, mais ouvert aux autres.

On peut être heureux si l’on regarde, non pas ses limites, mais ses richesses.

On peut être heureux si l’on vit, non pas dans la haine de l’autre, mais si l’on partage sa joie.

Pour conclure…

Je crois que le projet de « mariage pour tous » ne répond pas de façon appropriée aux inégalités de droit et au besoin de reconnaissance des personnes homosexuelles.

Il accentue les affrontements entre les « antis » et les « pros » et risque de se retourner contre les personnes homosexuelles, les plus jeunes notamment, qui vivent douloureusement ces débats.

En effet, il me semble que si la loi est votée, les politiques et les Français risquent de se dire « les personnes homosexuelles ont eu leur loi, qu’elles ne nous ennuient plus ! ».

Or, je crois que le vrai besoin est celui de la prévention, de l’accompagnement et de l’accueil.

1/ Prévenir et lutter contre les discriminations envers les personnes en raison d’une tendance homosexuelle.

2/ Accompagner les plus jeunes qui vivent douloureusement la découverte d’une tendance homosexuelle, notamment à un âge où celle-ci peut participer de la construction psycho-sexuelle.

3/ Accueillir les adolescents mis à la porte de chez eux par leurs parents.

Ainsi, serait-il plus judicieux de donner des moyens financiers aux associations qui font de la prévention et celles qui, telle Le Refuge, accueillent des jeunes mis à la porte de chez eux, à condition qu’elles respectent leur liberté de conscience et de cheminement intérieur.

En effet, il serait irresponsable d’inciter un jeune à la pratique homosexuelle, surtout lorsqu’il traverse une tendance qui participe de sa construction psycho-sexuelle ; ce serait violer sa conscience. Nous devons éduquer les adolescents à devenir des hommes et des femmes capables de se respecter et de vivre ensemble. C’est ainsi, notamment, que nous lutterons contre toutes les formes de violence, notamment celles faites aux femmes.

Toi qui es marié et qui a des enfants, je te demande d’être ouvert et attentif à chacun, en particulier ceux qui n’ont pas la chance de vivre le même état de vie que toi : les personnes homosexuelles, les couples stériles, les célibataires, les mères seules, les personnes divorcées, les personnes malades, les veuf(ve)s, les personnes handicapées, les sans-abris…

Soutiens les personnes et les familles qui sont touchées de près ou de loin par l’homosexualité, car c’est aussi une souffrance pour l’entourage. Dis-toi que cela peut arriver à l’un de tes enfants, ton frère, ta sœur, ton ami et que tes paroles et tes actes aujourd’hui t’engagent pour demain. Si tu as une parole dénigrante à l’égard des personnes homosexuelles aujourd’hui, comment ton enfant ou ton ami osera-t-il s’ouvrir à toi demain s’il est concerné ?

Notre société est composée d’une diversité de personnes. C’est dans le partage de cette diversité, avec ses richesses et ses limites, et dans le soutien mutuel, que nous pouvons vivre heureux.

Nous ne devons pas nous enfermer dans des ghettos, avec les risques de haine et de violence que cela engendre. Au contraire, apprenons à nous connaître, à nous respecter, débarrassons-nous de nos peurs et de nos préjugés les uns envers les autres et aidons-nous à vivre concrètement.

Si nous mettions notre vie en perspective de notre mort, si nous vivions chaque jour comme si c’était le dernier, alors nous serions bien plus attentifs les uns envers les autres, alors nous mettrions de côté nos différences pour regarder ce qui nous rassemble, notre appartenance à la même communauté humaine mortelle, créée pour aimer et être aimée.

Vivons vraiment la Fraternité, l’une des valeurs de notre République, que nous oublions parfois. Elle ne doit pas être qu’un mot sur le fronton de nos mairies. C’est dans l’ouverture à l’autre que la vie prend tout son sens.

 

Jules
27 ans
Aide-soignant

3 comments on “Lettre ouverte d’un jeune homosexuel aux Français

  1. Béatrice dit :

    Quelle magnifique sensibilité, quelle hauteur de raisonnement, quelle humilité mais aussi, quelle générosité.
    Merci, Jules, pour ces lignes qui sont et resteront, pour moi hétérosexuelle de 67 ans, une référence d’humanité à méditer.
    Merci, Jules. c’est un bonheur de « rencontrer » (même si c’est une rencontre virtuelle) des gens comme vous qui redonnent espoir en l’humanité.
    Vous avez tout mon respect.
    Béatrice.

  2. Benjamin dit :

    Bravo pour ce texte d’une grande sagesse, d’une grande profondeur et rempli de paix.
    Je vous admire vous et tous ceux, sur ce site, qui témoignez de votre hostilité à ce projet.
    Je comprends le renoncement que cela représente pour vous d’accepter que votre homosexualité ne vous permette pas d’avoir d’enfants.
    Vous pourriez comme d’autres, dont je ne mets nullement en cause les bonnes intentions, défendre votre droit à avoir des enfants par tout moyen.
    Je suis l’heureux père de 5 enfants et je peux donc mesurer ce à quoi vous accepter de renoncer, sans évidemment en expérimenter moi-même la souffrance. Je veux vous dire à quel point j’ai du respect pour vous.

  3. amossé dit :

    bonjour je suis totalement d’accord avec vous je suis bisexuelle, j’ai été en couple pendant 6 mois, j’avais 17 ans et aujourd’hui j’ai retrouvé mon amour qui a duré 6 mois et j’ai 32 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *